Menu
Séances scolaires 2013-2014

novembre : There Is No Alternative

tina

Deux jeunes veulent partir et fuir ce monde qui ne les concerne plus. Mais les heures sombres de l'Histoire s'invitent en toile de fond et autour d'eux viennent s'échouer des personnages du passé et les fantômes du pouvoir... Sans cesse entrecoupés dans leurs préparatifs de départ par la répétition de l'histoire, coincés entre leur quête d'alternatives, leur désir de révolte, et ce que leur renvoie la télévision, ces deux jeunes semblent finalement être peu à peu gagnés par l'inertie...

THERE IS NO ALTERNATIVE est une histoire d'amour et une histoire politique. L'histoire de la nuit dans laquelle se créent nos rêves et nos espoirs. C'est l'histoire en boucle d'une jeunesse précaire qui cherche à partir et recommencer ailleurs. C'est l'histoire du monde autour d'eux et de la valse inexplicable entre la lutte et le désenchantement.

décembre : T'as ka dire

montage takadire

Démangés par le désir de dire et pourtant tous muets encore, deux clowns, Gustave et Polo, arrivent chargés de valises, trop pour leur quatre bras. Dans un souffle, ils prennent tout leur Temps pour atterrir parmi vous, luxe suprême.

Leurs valises foisonnent d’imaginaire, d’invention, de mythologie, toutes cabossées des traces de leurs histoires.

Alors tout peut commencer, tout peut déballer, tout peut s’incontrôler.

Gustave et Polo, duo complice, sont tout à la fois : copains de chambrée, frangins, ennemis jurés, complices invétérés, membres d’une fanfare où chacun veut faire la grosse caisse.

Ils résonnent du désir de dire, de partager, de chanter, de danser les traces d’une enfance trop vite échappée et quoi ?? Déjà l’heure d’être vieux ??? Quoi ?? Déjà la mort ?!!?

Les clowns naviguent sans boussole dans les âges de la vie, le soleil en plein visage.

janvier : Ordalie

ordalie

Ordalie donne à voir la traversée d’une nuit de cinq jeunes en huis clos dans un milieu naturel, du crépuscule à l’aube, d’une montée progressive de trip à sa brusque descente, de visions stroboscopiques nocturnes au calme étrange du lever du jour. Pourquoi ? Pourquoi ce qui semblait un instant auparavant être une tentative d’éprouver à plein le possible en liberté du corps et de l’action se révèle-t-il une ligne droite où l’on a filé, sourire au vent, vers sa propre destruction ? Ordalie est une pièce sur les prises de risque absolues liées à l’adolescence. Qu’est-ce qui arrive, concrètement, lorsque cinq jeunes commencent à vivre des expériences limites ? A jouer avec la mort ? L’équipe est formée de danseurs, de clowns et d’acteurs physiques, artistes dont la pratique se fonde essentiellement sur le langage corporel, la prise de risque et le dépassement des limites.

mars : Mon amour, ma béquille, ma bataille

amour bequille bataille

Un kinésithérapeute dégingandé donne des soins absurdes, crée un protocole chorégraphique de manipulations que lui seul peut comprendre… finalement, c’est lui qui porte de plus en plus orthèses. Le corps d’un homme est sculpté par des coques en plastique dur, blanches comme neige. Dans sa carcasse-prison, il effectue pourtant des exploits physiques difficilement réalisables par quelqu’un de «normal». Il force l’admiration. Vision sublime et violente en même temps. Est-il beau ? Est-il monstrueux ? Dans le groupe, une famille peut-être, un seul d’entre eux porte des orthèses, mais tous respirent à son rythme. Tous sont à l’unisson : il est lent, tous le sont, il est vif, tous doivent l’être, il en apnée, tous le sont. Malgré les apparences tous ne vivent pas les choses de la même manière, le choeur est rythmiquement parfait, pourtant les dissonances sont de plus en plus indéniables. Il est très grand et ses mouvements sont empêchés par de multiples coques. Elle est petite et très agile. Ils sont inséparables, elle se dédie à lui, leur duo devient son oeuvre, une oeuvre puissante et dévorante. Elle n’a pas les épaules ? Soit, on lui fera une belle orthèse-épaulettes. Elle n’a pas les reins solides ? Soit, on lui fera une flamboyante orthèse à reins. Elle a le coeur en peine ? Soit, va pour une orthèse de coeur ! Dans un ballet millimétré une équipe habille un homme-statue renversé sur ses mains. Ils constituent une oeuvre, leur oeuvre, ils parent le modèle de leurs créations comme pour un défilé de haute couture. Photographies décalées et acérées, les séquences burlesques et gestuelles questionnent avec fantaisie et rudesse quelques aspects de la vie de la personne empêchée et de son entourage : l’identité du malade, le rapport amoureux, la culpabilité, le sacrifice, les relations de pouvoirs, la dépendance, la dignité.

 

English | Espagnol

 

Le Samovar 165, avenue Pasteur 93170 Bagnolet