Menu
ils sont passés par ici...

L'automne olympique / Pauline Woestelandt (2003-2004), Ines Lopez (2007-2009), Brian Henninot (2010-2012), Clémence Rouzier (2010-2012)

amourbequillebataille

Ils se sont rencontrés au Samovar et ont créé collectivement "Mon amour, ma béquille, ma bataille" : De façon décalée, clownesque, physique et esthétique, cela raconte l’histoire d’une épidémie absurde qui touche 5 personnages et fait basculer leur univers.

Premier spectacle de la Cie L'Automne Olympique, cette pièce gestuelle tragi-comique aborde le handicap et la relation d'aide avec humour, rage et poésie.

Le CollectiHiHiHiF / Philipp Vöhringer, Marie Frignani, Emilie Marin, Tom Gaubig

theclosh

Élèves du Samovar de 2009 à 2011

Basé à Montpellier, Le CollectiHiHiHiF, compagnie de jeunes clowns dynamiques issus du Samovar, propose des spectacles fantaisistes et originaux, pour tous publics, des animations sur mesure pour des événements, ainsi que des interventions pédagogiques pour petits et grands.

Le rire soleil : Aurélien Ploquin, Johanna Rua, Fanny Lavaud

Aurélien Ploquin et Johanna Rua : élèves du Samovar de 2011 à 2014

rire soleil

Des clowns et musiciens fous qui lancent (entre autre) un programme de clowns à l'Hôpital Robert Ballanger d'Aulnay (93).

Au cœur de l’humain, de la personne, les clowns interviennent dans le parcours thérapeutique de l’enfant et lui procure de la JOIE pendant une période difficile de sa vie.

Avec les clowns, tout est possible et tout se joue dans l’instant auprès des enfants hospitalisés. Notre jeu s’adapte à chaque enfant.

Toujours sur le fil, le comédien est, à l’hôpital, un funambule qui aide les enfants malades à mieux supporter l’hospitalisation, permet à l’entourage de porter un autre regard sur la maladie, et offre des moments de décompression aux soignants pour se ressourcer et agir toujours pour le bien-être de l’enfant hospitalisé. Le clown fait du bien à 360°

En savoir plus :

LES ACIDES ANIMES : Benjamin BERNARD, Aurélien PAULY

Élèves du Samovar de 2004 à 2006

acides animés

«Si aujourd’hui je vis du métier de comédien c’est en grande partie grâce au Samovar…

Le Samovar m’a apporté ce que je n’ai pas réussi a trouver dans d’autres écoles.

Cette école m’a permis de ne pas être un simple comédien mais le réel acteur de mes projets, écrire, répéter, faire confiance en mes idées, saisir les outils de la création.

Cette école est devenu un label de garanti auprès des professionnels.» Benjamin Bernard

LES CHICHE CAPON / Patrick DE VALETTE

Elève du Samovar de 1999 à 2001

patrick de valette

«Le Samovar correspond pour moi à un grand changement de parcours professionnel.

D’abord, par la rencontre avec une certaine façon de travailler, d’écrire et de créer.

Rencontre avec mes partenaires actuels, c’est au sortir de l’école que nous avons formé les Chiche Capon…

Aujourd’hui, le Samovar reste un endroit de rencontres !

Cette école, son théâtre et la programmation du festival des clowns, sont un seul lieu, ce qui est un grand avantage pour ses élèves…

La proximité avec le métier lui-même ! Le Samovar incarne aussi à mon sens un renouveau, dans le sens où il est encadré non seulement par des acteurs pédagogiques confirmés (Ami Hattab, Lory Leshin) mais aussi par de nouveaux jeunes artistes, le plus souvent anciens élèves, nouvelles générations de la galaxie clown.»

LES CHIENS DE NAVARRE : Céline FUHRER, Jean-Luc VINCENT, Maxence TUAL

Elèves du Samovar en 1999-2000

chiens de navarre

«Ce qu’on ressent très fort en voyant une pièce des Chiens de Navarre, c’est précisément ce désir comme gonflé à l’hélium de recharger la scène, de la boursoufler et de la faire par instants exploser.

Au cœur de la banalité, la scène s’augmente de tous nos espaces les plus imprévisibles, diffractions de nos fantasmes, métaphores surjouées de nos pulsions, quelque chose comme le surgissement de nos désirs les plus saillants et les moins calculés.

D’où cette place laissée à l’improvisation, dans l’élaboration du travail bien sûr, mais aussi dans la réalité de ce à quoi nous assistons : autour d’un scénario réduit à son plus simple appareil gravitent les situations les plus outrées, les déchaînements ponctuels, les fatigues extrêmes et les violents déchirements, qui participent tous de cet hyperprésent.

Ce refus de fixer une forme et de « re-présenter » soumet le spectateur à l’énergie suicidaire de propositions plus explosives les unes que les autres, et dont le résultat est souvent la pure hilarité, ou bien l’ébahissement, celui qu’on éprouve devant les folies futuristes ou dadaïstes.»

les GüMs / Clémence Rouzier et Brian Henninot

gums

Élèves du Samovar de 2010 à 2012

Les GüMs c’est avant tout de l’absurdité.

Cela signifit qu’on ne peut pas être pris au sérieux.

On a recherché dans un nom la sensation que l’on éprouve lorsque l’on se sent ridicule, cette vulnérabilité qui fait peur.

Provoquer chez les gens cet élan qu’éprouve le public lorsqu’il voit du clown : du rire et en même temps de la compassion.

C’est cette ambiguïté dans ce nom.C’est aussi le choix de déconstruire l’intellect.

Et puis de toute façon c’est quoi ? C’est rien !

Ils sont tellement différents qu’ils ne pouvaient que se rencontrer.

Ils étaient bons partout mais pas assez, alors ils ont décidé d’être champions du mauvais. C’est pour ça qu’ils se sont retrouvés à l’école de clown du Samovar.

Là, ils désapprirent tout pour mieux réapprendre, apprendre à accepter l’échec, apprendre à être nuls pour que cela soit bien.

Ensuite ils ont décidé de ne plus parler et de bouger. Là il s’est passé quelque chose, l’étincelle était née et ils ne pouvaient plus l’arrêter. Ils ont alors créer un numéro (pourquoi on appelle ça un numéro ?) et maintenant ils font un spectacle.

Les paraconteurs / Eric Druel et Matthieu Van Berchem

paraconteurs

Élèves du Samovar de 2003 à 2005

Ils se sont rencontrés pendant leur formation au Samovar.

Ils ont créé "ConSéquences", un duo de clown contemporain hilarant et d’une grande finesse de jeu. Sans paroles, le spectacle s’amuse des codes et rituels de notre société, à travers des situations emblématiques (une cérémonie funéraire, une sortie en discothèque, un échange de cartes de visite, une séance chez le psy, etc.).

Les têtes d'affiche / Yvan Mesières, Guillaume Thiery, Guillaume Lung Tung

tetes daffiche

Élèves du Samovar de 2008 à 2010

La compagnie Les Têtes d’Affiche est issue de la rencontre de trois jeunes artistes clowns pluri-disciplinaires qui se sont rencontrés durant leur formation à l’école de clown Le Samovar.

Ils collaborent dans leur travail avec d’autres artistes: comédien, clown, metteur en scène, graphiste. L’activité principale de la compagnie est de créer et diffuser des spectacles de clown contemporain accessibles à tous les publics et à tous les lieux.

Si les techniques de cirque et de musique sont des prouesses ponctuant chacun de nos spectacles, la base de la création si situe avant tout dans les situations et les personnages délirants.

Enfin, tant dans sa recherche artistique que dans son travail de communication et d’administration, la compagnie garde un pied dans la tradition et un pied dans la modernité.

les Serial Tulleuses : Hélène RISTERUCCI , Karine LARIVIERE et Chloé BOURGOIS

serial tulleuses

Élèves du Samovar de 2001 à 2003

Rita, Marcelle et Urga sont les demoiselles d'honneur d'un mariage qu'elles vont dézinguer. Les avoir comme invitées s'avère dangereux...

Du rire aux larmes, il n'y a qu'un souffle. Sur la corde sensible avec toujours une bonne dose de dérision, elles dévoilent leur être profond et mettent à nue leur part sauvage de féminité.

Bernadette APPERT

Elève du Samovar en 2002-2004

Après avoir travaillé comme professeur de français langue étrangère par le théâtre pendant plusieurs années dans différents pays du monde, Bernadette A marque un tournant professionnel et entre en 2002 au Samovar à Bagnolet. En 2006 elle crée le solo "Vak’Harms", à partir d’un collage de textes courts du poète Daniil Harms, mis en scène par Philippe Dormoy. Ce spectacle marque les débuts de la Compagnie Zaoum.

Jalie BARCILON

Elève du Samovar en 1999-2000

jalie barcilon

Après avoir obtenu une maîtrise de Lettres, et suite à sa formation de comédienne à l’école du Samovar, Jalie Barcilon rédige un mémoire sur les créations de Jean-François Sivadier, puis obtient un DESS de mise en scène à Paris X.

Auteure, elle écrit des chansons et du théâtre. Sa première pièce, Art’Catastrophe, a reçu le prix Beaumarchais 2005 à Théâtre Ouvert, puis a été diffusée sur France Culture. Elle en accompagne la création avec Sarah Siré à la MC 93 de Bobigny, puis à la scène conventionnée de Bellac en Janvier 2008. Sa seconde pièce, le Deuxième Fils, a été sélectionnée par de nombreux comités. Pour France Culture, elle a lu en 2006 L’heure Tourne et la Mappemonde avec….

Depuis 2003, elle est membre active du collectif La Poursuite.

En 2007, elle participe au projet Kazanova, création réalisée par 15 metteurs en scène, donnée à la MC 93 de Bobigny.

En 2008-2009, elle part en Egypte pour écrire sa nouvelle pièce Road Movie Alzheimer. Ce voyage répond à une commande émanant du Théâtre de la Tête Noire.

La même année, elle est dramaturge associée à la compagnie Sambre, dirigée par Carole Thibaut, et le Centre National du Livre lui attribue une bourse de création pour l’écriture de Road Movie Alzheimer. En 2010, elle met en scène Just like a woman.. Elle co-fonde le Comité 21, un comité de lecture destiné à la découverte du Jeune Théâtre Européen, et organise le festival Moulins à Paroles, qui en est le point d’orgue.

En 2011, elle engage la création de Road-Movie Alzheimer et monte à Rouen sa propre compagnie de théâtre, la Compagnie Lisa Klax, résolument tournée vers la défense de l’écriture contemporaine. En 2012, elle répond à une commande du Théâtre du Rond Point : écrire une pièce courte à destination de la FNCTA (Fédération nationale des compagnies de théâtre amateur) sur le thème de la saison 11/12 : « Dans quel état sommes nous ? ».

En écho à son activité d’écriture et de mise en scène, et selon un crédo poétique et politique, Jalie Barcilon anime des ateliers de théâtre et d’écriture au sein de différentes structures : écoles, collèges, lycées, théâtres (CDN de Montreuil), des lieux dédiés à des publics en marge (EDI de Seine Saint Denis, Hôpital psychiatrique de Navarre, centres sociaux des Hauts de Rouen).

David BRAUN

Elève du Samovar en 2004-2008

Il écrit et joue. Il est clown avec des plumes. Auteur-réalisateur d’un court-métrage, Polichinelle, Label de la Maison du Film Court et diffusé sur France 2. Scénariste pour les autres. Metteur en scène pour le théâtre. Avec sa complice Marie-Claude Vallez il a écrit et joue Les Beaux Parleurs dans de nombreux cabarets, théâtres et festivals. Bulles est sa première pièce de théâtre. Elle a reçu l’aide à l’écriture de la Fondation Beaumarchais et a bénéficié de l’accompagnement du collectif A Mots Découverts.

Daphné CLOUZEAU

Elève du Samovar de 1998 à 2000

daphné clouzeau

Actuellement créatrice d’un solo mise en scène par Michel Dallaire, co-fondatrice du quatuor vocal Chet Nuneta produit par les Têtes Raides et intervenante au Samovar.

«Cette école est non seulement un formidable moyen de créations et de rencontres mais elle est également un noyau indispensable à la nouvelle génération théâtrale.

Depuis son ouverture, elle n’a eu de cesse d’évoluer avec son temps et ses exigences pédagogiques.

Aujourd’hui, elle s’est spécialisée en école de clown et forme des clowns modernes.»

Laetitia DECKERT

Élève du Samovar de 2002 à 2006

laetitia deckert

Comédienne, clown et marionnettiste, formée au Conservatoire d’Amiens et de Liège (Belgique) ainsi qu’a l’Ecole de l’acteur-créateur dirigée par Alain Knapp.

En 2000, elle suit la formation de Jacques Lecoq puis le cursus de 3 ans de clown, au Samovar.

Avec la « Compagnie Les Extra-Paulettes», elle initie le « Cabaret Delco», «L’aspirateur» et «Bonniches».

Depuis 2008, elle fait partie de l’équipe du «Rire Médecin».

Eloïze DECAZES

en savoir plus

Mélanie DEVOLDERE

Elève du Samovar de 1998 à 2000

Mélanie Dévoldère est marionnettiste, mais aussi comédienne, danseuse, metteur en scène et animatrice d’ateliers.

Elle a participé en tant que comédienne et marionnettiste dans plusieurs créations de théâtre / spectacle de marionnette ou de théâtre d’objet artistiques entre 1999 à 2007 dont « Tout s’emboîte » et « Partie de Mains en l’air » de Gilbert Epron ; « Castelets de Fortune » et « La nourrice du Hibou » avec la compagnie Théâtre Sans Toit ; Roberto Zucco de Philippe Dormoy ; « Calamités 13 » de Catherine Dubois ; « Zeurope » de Natacha Kantor avec la compagnie Banal-Molotov; « 2587 Gestes Jetés du Drame de la Vie » de Gaël Massé et « Ça le désordre » avec la compagnie 4 Litres 12.

Elle a été également co-metteur en scène et marionnettiste avec Gaël Massé sur le spectacle « L’Histoire du Soldat ».Mélanie Devoldère a également joué dans plusieurs courts et moyens - métrages, réalisés par Gaël Massé « Agnès au pays des miracles » ; « Opération Tour Eiffel » « Opération Coup de Torchon » ; « Orgie » ; « Afroad Movie » et « Cadrages Exquis » et depuis 2001 elle anime les ateliers de théâtre de marionnettes en milieu scolaire.

Michael EGARD

Elève du Samovar de 2001 à 2004

mickael egard

Fondateur de la Compagnie Alvarcane et du Festival Show en Hiver à Nanterre.

«Au-delà d’un enseignement de grande qualité qui met au centre du jeu d’acteur la liberté et l’autonomie, le Samovar m’a permis d’appréhender mon métier non seulement comme un interprète mais comme un créateur…»

Carole Fages / La compagnie désordinaire

idiote

Élève du Samovar de 2006 à 2008

Carole Fages s'est d'abord formée au jeu d'acteur au Conservatoire Régional de Noisiel, puis à l'atelier Form'Acteur, à Paris.

Elle intègre en 2006 la formation professionnelle de clown du Samovar.

Puis elle joue le duo "Colic & Ferrari", et participe à la création de la cie Aspatrouille.

Elle crée la compagnie désordinaire en 2014 autour du solo « Idiote » (lauréat des Plateaux du Groupe Geste(s) en décembre 2013), dont la création a eu lieu en novembre 2014.

Sa recherche est burlesque, gestuelle, et clownesque.

Elle est également interprète dans le spectacle de marionnette-corps-ombres "à part être", de la cie Juste Après, et en création sur un sextet «comment te dire», pour 3 clowns et 3 musiciens.

Parallèlement, elle donne des ateliers de clown auprès d'enfants, d'adultes, et de cirque auprès d'adolescents psychotiques.

Thomas LAROPPE

Elève du Samovar de 2002 à 2004

Après avoir étudié les arts du spectacle à Paris 8 où il travaille en particulier avec Claude Buchwald, c’est au Samovar qu’il suit l’enseignement de Philippe Dormoy (Théâtre de textes) et de Catherine Dubois (théâtre gestuel).

Son parcours l’amène à travailler sur des auteurs classiques et contemporains. Intéressé par la théâtralité du mouvement, il évolue entre Danse et Théâtre.

Il a joué entre autres sous la direction de Yumi FUJITANI le Journal d’Adam le Journal d’Eve ; d’Isabelle Esposito Penthésilée de bouche en bouche ; Alberto Sorbelli Tragedia con intervallo ; Sophie GIROD Rose ou le cœur de Prince; Hauke LANZ Anticlimax de werner SCWAB; Mitsu INOUÉ Le babil des classes dangereuses de Valère NOVARINA…

Il apparaît également au cinéma dans Brodeuses d’Eléonore FAUCHER, le dernier des fous de Laurent ACHARD, Mauvais gendre de Gilbert MERNE, Blanche d’Éric GRIFFON DU BELLAY…

Pascal LE CORRE

Elève du Samovar de 1991 à 1994

pascal le corre

"Toujours à contre temps de tout au point que son contre temps semble être le seul juste pour lui lui rencontré dans un stage dirigé en s'infiltrant parmi les participants lui prenant tout ce qui bouge et le passant par son crible, l'incorporant et le régurgitant tout informe et parfait enfermé ensuite dans une armoire dans l'immédiat continuant à décaler tout." Camille Boitel

MARC MAUGUIN

Elève du Samovar de 2003 à 2006

marc mauguin

Comédien, clown, enseigne pendant une vingtaine dʼannées au lycée, le Français et le Théâtre, tout en jouant dans des troupes de théâtre.

Parallèlement il écrit et met en scène une dizaine de pièces dans le cadre de sa compagnie « Le Théâtre des Ombres Portées » en Picardie et au festival « Off » dʼAvignon.

Cʼest en décidant de quitter lʼEducation Nationale et de se reconvertir, quʼil découvre avec passion lʼunivers du clown au Samovar et sʼy forme pendant trois ans.

Il est depuis cinq ans clown au Rire Médecin (Professeur Albert Pink), et joue au théâtre régulièrement, en particulier avec la compagnie Le théâtre de Paille.

Il est, en outre, lʼauteur dʼun roman paru en mars 2012 aux éditions lʼEscampette : Le Veillechagrin.

«C’est ce qui fait la première des qualités et la première des réussites de cette école : faire travailler ensemble des artistes en devenir, d’âge, de parcours différents, loin de tout formatage ; les faire s’épanouir dans le respect de ce qu’ils sont, de ce qu’ils ont à dire aujourd’hui et plus tard.

Quand j’y suis entré, je ne pensais qu’au théâtre de texte : j’ai rencontré le travail du clown qui a profondément bouleversé ma vie personnelle et professionnelle.

Aujourd’hui, je suis clown et comédien professionnel… L’école du Samovar ne vit pas en vase clos mais est une ouverture vers le futur de chaque artiste après l’école.» en savoir plus

Anna NOZIERE

Elève du Samovar de 1998 à 2000

anna noziere

Auteur et metteur en scène, lauréate de l'Aide Nationale à la Création du Centre National du Théâtre.

Son parcours d’autodidacte l’a amenée à expérimenter des formes théâtrales assez personnelles pendant plusieurs années, puis elle est entrée au Samovar pour deux ans, avant de créer sa compagnie.

Son travail est centré sur l’acteur, et plus particulièrement sur l’enjeu de sa dynamique individuelle dans une dynamique collective.

Elle a écrit et met en scène son prochain spectacle, /LES FIDÈLES, Histoire d’Annie Rozier, /en octobre 2010 au TNBA (Théâtre National de Bordeaux en Aquitaine – Centre dramatique national), avant une tournée nationale. Le texte de la pièce, lauréat de l’Aide nationale à la création et qui a reçu le Soutien de la SACD à l’auteur, est publié aux éditions Les Solitaires Intempestifs en novembre 2009.

(...) «ça pour moi c’est Le Samovar : son audace, sa façon de déployer l’intelligence et l’énergie nécessaires à accompagner chacun dans ce qu’il est en train de devenir.

Sa façon de ne pas réduire un élève à un élève, mais d’avoir confiance en ce qu’il a déjà de professionnel, et qu’il peut déjà expérimenter dans des conditions qui ne le surprotègent pas.

Ce souci que tu as de le tirer toujours vers l’expérience de terrain.

En fonction de ce qu’il est ; c’est pourquoi il n’y a pas qu’un parcours scolaire mais autant qu’il y a d’élèves.

De mon point de vue c’est vraiment ça l’identité de l’école, toute sa force, et à ce titre je crois qu’elle ne peut en remplacer aucune autre (pour donner pas mal de cours un peu partout, je sais malheureusement de quoi je parle.)

Aujourd’hui encore, lorsque je monte une mise en scène, il m’arrive d’appeler des anciens du Samovar parce que je sais que je peux compter sur cette sorte de maturité, cette autonomie qui leur est propre.»

Pascal ROUSSEAU

pascal rousseau

Je suis un artiste de cirque...

...Oui mais c'est pas tout.

Je suis fils d'artisan, j'ai vécu à la campagne en Bourgogne où pendant 20 ans je n'ai fait que du foot et de la maçonnerie durant les vacances avec mon père.

A 20 ans, après mon BAC, je monte à Paris pour passer un CAP de sellier maroquinier. Ce qui m'amènera chez Hermès où je resterai 5 années pendant lesquelles, en parallèle, je fréquente assidûment une école de cirque, découverte par l'intermédiaire de mon frère, alors cascadeur. Cela devient mon seul loisir. Ma passion est née et ne me quittera plus.

A 25 ans, j'ai la chance de croiser la compagnie Volte Face qui me propose d'intégrer sa troupe professionnelle. Alors commence pour moi une carrière artistique. Pendant 9 ans je suis jongleur avec la Cie et nous créons un nouveau spectacle régulièrement. C'est pour moi l'occasion de mettre en scène toutes les disciplines que je pratique en plus du jonglage.

‏Je décide de quitter Volte Face pour devenir équilibriste mais surtout pour me réaliser au travers de mes propres créations. Cela commence par mon numéro de rouleaux américains que l'on verra au "Plus grand cabaret du monde" sur France 2.

Je poursuis cette quête avec mon premier spectacle, d'une trentaine de minutes, créé pour la rue, à la manche, sur le parvis du centre Beaubourg à Paris.

Ce spectacle tourne désormais en festival dans toute la France ainsi qu'à l'étranger.

Notamment au Japon où je l'ai présenté durant 4 mois en 2005. Aujourd'hui, enfin, j'en arrive à la réalisation de mon rêve le plus fou, le spectacle d'une heure sur scène destiné au théâtre : Ivre d'équilibre. Ici je mets en jeu mes 17 ans de carrière et mon vécu personnel.

Charlotte SALIOU, alias Jackie Star

Elève du Samovar de 2001 à 2002

charlotte saliou

Après avoir obtenu un Diplôme d’Etudes Musicales et un 1er prix de chant lyrique, Charlotte Saliou a travaillé avec diverses compagnies sur plusieurs opéras comiques.

Elle a ensuite suivi une formation de clown, théâtre (texte et gestuel), bouffon, et masque à l’Ecole du Samovar .

En 2003 elle a élaboré le personnage clownesque de Jackie Star, avec la volonté de faire rire de la construction et de la destruction de soi.

Ce qui n’était à l’origine qu’une mosaïque de numéros brefs prend dès lors la forme d’un spectacle long (50mn).

Avec ce spectacle, « Jackie Star, l’élégance & la beauté », Charlotte Saliou participe à de nombreux festivals : le Cabaret Champêtre des « Nouveaux-Nez », les « Nouvelles Figures du clown » de La Villette, etc.

Simon TANGUY

Élève du Samovar de 2005 à 2007

simon tanguy

«Le training du Samovar est très sérieux malgré les à priori que le clown engendre.

Il m’a appris la rigueur et la précision dans le travail.

Durant ces deux années, notre créativité était toujours mise à l’épreuve, stimulée.

Le Samovar a été déterminant dans le développement de ma personnalité.» en savoir plus

Hélène VENTOURA

Elève du Samovar de 1995 à 1997

helene ventoura

Après une formation au Samovar, chez Fratellini et à l'Ecole normale de musique de Paris, Hélène Ventoura fait ses premiers pas au théâtre avant de se consacrer exclusivement au théâtre d'objet et à l'art du clown.

Elle intervient aussi au Centre Adam Shelton pour jeunes autistes dirigé par Howard Buten.

En 2000, la compagnie Bonaventure voit le jour avec le spectacle "Homme géant qui n'a pas peur" qui tourne dans de nombreux festivals.

Elle joue actuellement son nouveau spectacle "Le Dernier Numéro" qui est un franc succès.

 

English | Espagnol

 

Le Samovar 165, avenue Pasteur 93170 Bagnolet