Menu
Janvier 2020

En 2020, focus sur la Compagnie à, de Dorothé Saysombat et Nicolas Alline.

cie a

La Compagnie à porte sur notre monde un regard singulier, à la fois poétique et politique, et qui débusque l’universel dans les situations les plus minuscules.

Elle a été crée en 2003 à Angers, par Dorothée Saysombat et Nicolas Alline, tous deux acteurs et metteurs en scène. En une dizaine de spectacles, ils ont inventé un théâtre réjouissant et exigeant, qui mêle le clown, la marionnette, le théâtre d’objets, le tragi-comique, l’aigre-doux, le décalage burlesque, les petits gestes et les grands mythes… Convaincus que le spectacle est un art toujours en mouvement, Nicolas Alline et Dorothée Saysombat, en chercheurs enthousiastes, jouent à déplacer les lignes, à provoquer les rencontres, à bousculer les codes d’écriture et de représentations.

Chaque création est une nouvelle expérience, chaque spectacle est l’occasion de repenser leur art.

Depuis son origine, la Compagnie à défend un théâtre de proximité, accessible à tous, où le convivial et le populaire ne s’opposent pas à la précision et à la qualité, un théâtre où l’on ne pré-juge pas le public.

Leur toute dernière création « Autour de Babel » a été accueillie en résidence au Théâtre du fil de l’eau de Pantin en juillet et programmée au Théâtre du Garde-Chasse des Lilas les 14 et 15 novembre.

Nous vous proposons de découvrir leurs autres créations au Samovar :

Le Chant du Bouc

Vendredi 24 janvier à 20h30

Durée : 50 minutes / Spectacle pour adultes, accessible en famille à partir de 12 ans

Tragédies minuscules mais universelles

Le « Chant du bouc » est une tragédie minuscule mais universelle, portée par trois comédiens et un musicien, fable aigre-douce autour de l’intégration, de la figure de l’étranger, et du rapport à la norme.

Avec une écriture théâtrale burlesque et musicale, "Le Chant du Bouc" explore les résonances de la tragédie aujourd’hui, à travers la figure du "bouc émissaire", nous plongeant en pleine tragi-comédie de proximité.

Dans "Le Chant du Bouc", le bouc est le symbole de la personne sacrifiée, la métaphore de la victime.

Le "bouc émissaire" en tant qu’héros tragique est la figure autour de laquelle s’articulent le propos et l’écriture de la pièce.

Le point de départ du spectacle est là : trois personnages sont réunis autour de l’enterrement d’un bouc, vraisemblablement victime d’un crime dont nous ne connaissons ni le motif ni le coupable.

Plus qu’un animal mort, il est la métaphore de ce qui a été sacrifié pour les uns, mais aussi de l’expiation des crimes commis par les autres.

Il symbolise l’état tragique dans lequel chacun se trouve.

Au prix de quel sacrifice parvient-on à s’intégrer ? à être reconnu ? À quelle part de nous-mêmes sommes-nous prêts à renoncer en échange de cela ?

•Direction artistique, écriture et mise en scène : Nicolas Alline et Dorothée Saysombat •Regard extérieur (précis-yeux) : Nicolas Quilliard •Jeu : Nicolas Alline, Dorothée Saysombat et Jean-Pierre Hollebecq •Composition et interprétation musicale : Nicolas Gallard •Création lumières : Rodrigue Bernard

après-midi portes ouvertes

Samedi 25 janvier à 16h

Entrée libre

Nous proposons à des compagnies constituées d’anciens du Samovar de venir présenter en 10 minutes à leur manière (carte blanche : tchatche, extraits, vidéo…) leur parcours et leurs projets : des artistes ayant fait la formation du Samovar depuis sa création en 1990 jusqu’à la promotion de 2012-2014, que leurs chemins aient gardé une couleur clownesque ou pas, l’intérêt étant de montrer la diversité de leurs langages artistique.

Une après-midi festive ouverte aux programmateurs pour découvrir des univers variés ayant émergé des bouillonnements du Samovar…

Nous vous espérons nombreux au rendez-vous !

Ma foi

Samedi 25 janvier à 19h et 20h30

Durée : 40 minutes / Public : Ados et Adultes / jauge réduite : 50 personnes par séance

Petite forme de théâtre d’objets et de bondieuseries pas si catholiques pour autel électronique

Créée dans le cadre d’une commande d’Angers Nantes Opéra passée à Dorothée Saysombat en octobre 2009 autour du Concile d’Amour d’Oskar Panizza, « Ma foi » traite la thématique de la religion face à la sexualité, en particulier face à la question des Maladies Sexuellement Transmissibles, en mettant en scène une religieuse manipulant des objets plus ou moins catholiques, sur un autel à clavier électronique.

« Ma foi » s’inspire du propos global du « Concile d’Amour », mais le revisite à sa libre façon, en détournant les symboles religieux et en se jouant de toutes ces bigoteries, avec fantaisie et humour.

Plutôt qu’une satire de la religion et d’une parodie des dévots, « Ma foi » est un essai loufoque et décalé, entre Le Jour du Seigneur et Tex Avery.

Mise en scène et interprétation : Dorothée Saysombat

Pieux complice : Nicolas Alline

Cabaret des anciens

Dimanche 26 janvier à 18h

Une soirée cabaret concoctée par la Compagnie à avec quelques comparses de formation.

 

English | Espagnol

 

Association Le Samovar - siège social 165 avenue Pasteur 93170 Bagnolet
Licences entrepreneur du spectacle : 1-1035646/ 2-1035647 / 3-1035648