Menu
Lucie Valon (4-8 mars)

Le Clown, rencontre du troisième type

lucie valon 18

Objectifs :

En travaillant ce code de jeu nous aborderons les relations de l'acteur à la scène. En voici quelques- unes qui seront abordées dans cet atelier :

Contenu :

Dans cet atelier/laboratoire il ne s’agira pas de "trouver son clown", mais d'interroger ce qu’est la matière clownesque et en quoi elle nous semble essentielle au théâtre.

"Devenir clown, ce n'est pas mettre un nez rouge, ce n'est pas faire rire, être caricatural ou excentrique, mettre des habits colorés et des cheveux rouges, ce n'est pas rire ou pleurer fort (…) Cela demande sans doute de redescendre en dessous de ce qui a été appris et qui encombre, pour retourner aux gestes d'origine, pour que ce soit le désir qui agisse directement, qui prenne possession du corps."
François Cervantès

Il s’agira de trouver une présence particulière sur le plateau, qui ne soit pas forcément rassurante pour le spectateur ni pour l’acteur d’ailleurs mais qui soit étonnante toujours, drôle bien sûr et émouvante, on l’espère. Au travers d'exercices il s’agira de voir petit à petit apparaitre des obsessions, une voix, un corps. Le stagiaire fait petit à petit son chemin afin de découvrir de quel clown il s’agit. On interrogera ensemble non pas ce que je pourrais vous apprendre mais ce que vous êtes venus chercher.

Modalités d’évaluation :

Questionnaire en fin de stage

Ouverture des portes le dernier jour d’atelier.

Moyens techniques :

Les stagiaires peuvent amener une silhouette et du maquillage.

Lucie Valon :

Formée à l’école du Théâtre National de Strasbourg, dont elle est sortie en 2001, elle y rencontre Marc Proulx (professeur attitré de masque-clown) qui lui donne envie d’approfondir le travail du clown.

Lucie Valon joue dans Transit 02: nuit Kafka mis en scène par Jean-Christophe Bailly, Od ombra do omo, sous la direction de Lucas Hemleb. L’année suivante, elle joue Des chimères en automne ou l’impromptu de Chaillot d’Alain Prochiantz et Jean François Peyret. Vient ensuite J’étais dans ma maison et j’attendais que la pluie vienne, de Jean-Luc Lagarce, mis en scène par Joël Jouanneau, et L’histoire vraie de la Périchole, d’après Offenbach, dirigée par Julie Brochen.

En 2006, elle écrit et présente Dans le rouge au Théâtre de l’Aquarium, et co-écrit BLANK avec Christophe Giordano en 2007, (lauréat dramaturgie- plurielle du CNT). Elle collabore avec Nicolas Bouchaud en 2012 sur Deux Labiche de moins au Festival d’Automne à Paris puis sur Labiche également à l’école de la manufacture de Lausanne en 2015.

Elle joue en 2013 avec le collectif F71 dans leur dernière création Notre corps utopique au théâtre de la Bastille.

Avec sa compagnie La Rive Ultérieure, elle crée en 2012 Paradis,impressions au Volcan -scène nationale du Havre, repris au TGP de Saint-Denis en 2013, au Théâtre Paris Villette en 2015 et enfin au TNB en 2017.

En 2016 -17, elle rejoint l'équipe de Jean françois Sivadier pour la reprise de La vie de Galilée de Bertolt Brecht et la création de Dom Juan à l'Odéon.

En mars 2017, elle met en scène et écrit Funny Birds, 6 traders cannibales (lauréat de la section dramaturgie plurielle d’Artcena et de Beaumarchais) au théâtre de la citée internationnale.

En 2018, elle intervient dans plusieures écoles pour y enseigner le clown, notamment à l’ESAD, dans une classe inter-conservatoire de Paris, ainsi qu’à l’école du Samovar.

 

English | Espagnol

 

Le Samovar 165, avenue Pasteur 93170 Bagnolet