Sortie de résidence – Cie Les Nouveaux Nez

Cie Les Nouveaux Nez

Impossible musique classique

Le 07 avril à 20 h


Gratuit sur réservation


Un spectacle posé précisément entre les élections françaises et les jeux olympiques parisiens : de quoi va-t-on pouvoir parler d’autre ?

De deux femmes

Est-ce que ce qui bouge s’écoute. En tous cas la clown fait le maximum.

La statique pianiste nous immobilise avec ses accords et le notre.

Nous sommes donc deux à se montrer sous notre meilleur jour. La pianiste se confond entre beauté plastique et musique classique, et de la même manière… la clown a très envie de se déguiser.

Les deux personnages s’opposent mais s’accompagnent, main droite + main gauche + les pieds + le public

Si la pianiste interprète et retranscrit toutes les émotions, les évocations, les couleurs et les dynamiques de cette oeuvre virtuose, la clown aussi s’intéresse à la musique classique, mais est-ce que ça la regarde ?

Ce spectacle est une distraction sur fond de musique grandiose.

LA MUSIQUE

Éternel point d’appui pour bouger bouche bée.

La musique comme plancher, celle de Moussorgsky donne de l’espace. C’est du solide.

La musique immobilise les oreilles, alors le temps s’arrête, nous aussi pour l’écouter, on prend du poids et c’est la pongée dans des rythmiques folles.

 « Cette musique, non mais tu l’entends ou tu m’écoutes ? »

SE DÉGUISER

Le plaisir de jouer plusieurs rôles.

Se déguiser c’est se cacher, jouer à cache-cache pour qu’on nous découvre d’un coup.

Tu te caches et tu le dis haut et fort pour qu’on te trouve.« Regarde un clown ! On l’a bien cherché ! »

DE LA MAGIE

Mme Françoise tire une ficelle : le tableau s’écarte, la musique s’ouvre… Bref, on entre dans le fantastique façon cabaret.

Etre au rire médecin depuis 8 ans apprend la modestie. Chaque chambre visitée ne provoque pas forcément de rappels fournis, mais développe « l’art de la pirouette » qu’on a souvent sur soi.

D’où la présence dans ce spectacle de tours de magie artisanaux que j’espère quand même très mystérieux.

« La magie, mais ça change rien ! »

ENFANTS

Faire découvrir la musique classique aux mélomanes en patins à roulettes accompagnés de leurs parents qui ce jour-là, ne verront pas le 20 heures.

C’est à dire que les enfants viennent, restent, goûtent aux triolets staccatos glissandos, ne pleurent pas, gardent les yeux ouverts et repartent ensemble entourés de leur parents séparés.

Se sont-ils lavés les mains ?

Ce spectacle concerne donc l’avenir proche et ses conséquences : nos enfants.

La magie, se déguiser.. Tout semble et sera très léger, Heureusement Moussorgsky s’est concentré sur ses notes sophistiquées.


Mise en scène par Nikolas Holz