Sortie de résidence – Cie Le Dithyrambe

Cie Le Dithyrambe
Makina Garden Parties inside

(titre provisoire)

Le 31 mars à 20 h


Gratuit sur réservation

Note d’intention

En deux mots, le propre de Makina est de produire une libération des flux de désir des corps soumis à l’inertie et de délivrer les lieux, les objets de leur servitude.

« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres » – La Boétie

Nous avions créé l’année passée, Garden parties, performance à jouer partout en extérieur sauf sur la scène. Cependant cette forme
de spectacle réservée à la rue et au plein air, nous a contraint à la repenser pour l’intérieur et pour la scène du théâtre.

Dans Garden parties, Makina, la machine du désir formée par le groupe de gens en simple blouse, s’emparait de la garden party pour se produire en une petite société distinguée. Equipée d’objets prévus à cet effet, Makina plantait le campement de sa production distinguée. Seulement voilà, sous l’action de la machine désirante les objets se refusaient à leur usage. La distinction et la hiérarchie sociale se trouvaient entrainées dans l’ordre nouveau des objets indomptables.

Ces gens qui sont-ils ?

Ces gens portent des blouses, on ne sait pourquoi. Pour passer inaperçu, devenir comme tout le monde – ça produit le contraire ! La blouse, parce que ce sont des forces productrices, des forces travailleuses du monde. Mais peu importe, ou simplement pour dire que l’ordinaire leur échappe extraordinairement. D’ailleurs ces présences singulières en blouses ne parlent pas. Et leur corps machinique, plein d’à coups, est remarquablement désarticulé, instable et désorganisé : constitué de pièces joueuses, détachées qui s’autonomisent, de singularités très vives, la machine marche en se détraquant. C’est la vie des machines et tant mieux, car plus ça se détraque, plus ça joue. Machine paradoxale. On pourrait dire que ce corps-machine n’a pas d’intériorité, il épouse les flux libérés et fait machine avec tout ce qu’il trouve et s’oppose et se connecte. Faire société devient un agencement de composantes humaines et non humaines. C’est ce qu’on vous disait, tout s’anime, bouge, fait machine !

La compagnie

La Compagnie Le dithyrambe créée en 2000 par Catherine Vallon, auteure–conceptrice de Makina, n’a jamais cessé d’explorer les forces élémentaires de l’inconscient. Les créations de la compagnie sont issues d’une recherche sur l’écriture des corps se produisant comme machine du désir. Makina est un art de la performance et s’affirme comme nouveau burlesque « skiza dada ». En résidence à anis Gras dès 2005. Le parcours de Catherine Vallon est empreint de sa rencontre avec la folie à la clinique de La Borde et de son travail en psychiatrie, jusqu’à aujourd’hui en résidence à Corpus Fabrique-Ville-Evrard où elle y élabore une éco-philosophie en acte.

L’équipe artistique

Angèle Catherine Vallon – Auteure, conceptrice

J’ai rencontré Jean Oury. Et Claude Régy et Françoise Merle et Marc François.
J’ai travaillé avec Bruno meyssat.
J’aimerais rencontrer Maguy Marin, Lil Buck, Wang Bing, l’Amazonie, les Yanomami.
Expériences notables : À Paris, en 1993, 47 rue de la Roquette, j’ai créé mon premier spectacle : Par moi et par voi d’après les correspondances d’Antonin Artaud. Depuis ce jour je n’ai jamais cessé de mettre en scène « la machine ».
À Beyrouth et à Alep, en 2001 j’ai joué dans Pièces courtes de S. Beckett mis en scène de Bruno Meyssat.
À l’Anis Gras (Arcueil) en 2006 j’ai créé L’errant des rangs et Des rangées ; premières grammaires de la machine burlesque, la blouse devient l’unique habit des acteurs. À Doel, village fantôme près d’Anvers, j’ai réalisé un film Des errances à Doel. À la clinique de La Borde, invitée par Jean Oury, j’ai animé l’atelier théâtre, créé, inventer, mis en scène des spectacles de 2007 à 2015. À l’issue de cette aventure j’ai réalisé un film avec les acteurs/patients de l’atelier : Un petit peuple qui va là-bas.
Actuellement: En résidence d’artistes à Corpus fabrique – Hôpital de Ville-Evrard depuis 2016.
Elaboration et création de la machine dans tous ses états. Makina burleska skiza.
Mon rêve le plus fou : la machine abstraite à défaire le passé pour recomposer le futur.

Nicolas Thevenot – Acteur.

J’ai rencontré, oh yeah, Thomas Richards et le Workcenter of Jerzy Grotowski and Thomas Richards, François Tanguy à la Fonderie, Bertrand Tavernier au ciné-club, et Raymond Depardon chez lui.
J’ai travaillé avec Pascale Nandillon et Frédéric Tétart, avec Pascal Kirsch, avec mon grand-père et ma grand-mère, avec un Indien.
J’aimerais travailler avec Jean-Michel Pesenti.
Expériences notables : J’ai joué dans Les Vagues de V. Woolf, Variations sur la mort de J. Fosse, La Pluie d’été de M. Duras, dans des mises en scènes de Pascale Nandillon.
Actuellement, critique pour Un fauteuil pour l’orchestre et pensionnaire à la résidence artistique Corpus Fabrique de Ville-Evrard.
Mon rêve le plus fou : jouer dans un film de Tarkovsky.

Pascal Le Corre – Acteur

J’ai rencontré : Ce qui n’est pas pleinement compris se répète (Krishnamurti)
J’ai travaillé avec : « Toujours à contre temps de tout au point que son contre temps semble être le seul juste pour lui, lui rencontré dans un stage dirigé en s’infiltrant parmi les participants, lui prenant tout ce qui bouge en le passant par son crible, l’incorporant et le régurgitant tout informe et parfait, enfermé ensuite dans une armoire, dans l’immédiat continuant à décaler tout  » (Compagnie L’Immédiat, Camille Boitel)
Expériences notables : Age quod agis. (Fais ce que tu fais = sois à ce que tu fais)
Actuellement: 2021″Deux excès : exclure la raison, n’admettre que la raison » (Blaise Pascal)
Mon rêve le plus fou : Avant ma mort, ne plus me distraire par les excès, faire, travailler et avoir pleinement compris mon rêve le plus fou.

Alban Gérôme – Acteur

J’ai rencontré Régis Vaillant, Tsai Ming-Liang, François Tanguy, Claude Régy, Joël Pommerat, Julie Deliquet et Céline Foussadier.
J’ai travaillé avec Jean-Michel Rabeux, Emmanuelle Cordoliani, Catherine Vallon et Pascale Nandillon.
J’aimerais rencontrer ou travailler ou chanter avec Macca !
Notables expériences que La nuit des fous, en tournée avec J-M Rabeux, Funny Birds avec Lucie Valon, en tournée et au Théâtre de la Cité Internationale, Peer Gynt à l’opéra de Dijon avec Emmanuelle Cordoliani.
Actuellement, je Makina Burleska avec Catherine Vallon all over l’Ile de France.
Mon rêve le plus fou : rencontrer régulièrement mon être profond dans la danse, le jeu, et aller boire un coup avec lui.

Ugo Vouaux-Massel – Acteur et monteur vidéo.

J’ai rencontré : Camille Boitel, Kaori Ito
J’ai travaillé avec Hong Sang Soo, Stéphane Demoustier
J’aimerais travailler avec Aldo Thomas.
Expériences notables : J’ai joué avec Merlin Borg dans sa mise en scène, Angles morts.
Actuellement : En résidence d’artistes à Corpus fabrique – Ville Evrard depuis 2018.
Mon rêve le plus fou : jouer de l’accordéon suspendu dans les airs.

Sara Karoline Steinmoen – Actrice.

J’ai rencontré Yngvild Aspeli, Anne Anstolf, Paula Ritzza et Bernt Bjørn.
J’ai travaillé avec Mari Andreassen, Anne Karen Hytten et Claire Serres.
Je rêve de travailler avec Maguy Marin, Christoph Marthaler, Angelica Liddell, Marie- José Malis et Joachim Trier.
Expériences notables : vivre dans d’autres pays, d’autres villes et d’autres villages que là d’où je viens. De rencontrer des gens qui ne parlent pas ma langue maternelle et partager ensemble, un repas, un rire, un sourire et un regard différent.
Actuellement: Je suis en création de bonheur avec Soufiane Guerraoui, Fondre avec Mathilde Bardou et Fighting Gravity avec Anders Borchgrevink. Mon rêve le plus fou: ne jamais avoir peur !

Guillaume Cardineau – Acteur

J’ai rencontré et travaillé avec des gens aux noms inconnus. J’ai toutefois croisé la route de Robin Renucci, Caroline Marcadé, Claude Regy et pu expérimenter la danse plusieurs années avec Nadia Vadori Gauthier.
Mes expériences notables sont des recherches croisées en art et philosophie au cours d’un labo de création théâtrale sur la dystopie et les textes d’Edward Bond, ma participation à la création d’une oeuvre immersive inspirée du Loup des Steppes d’Hermann Hesse : Le Théâtre Magique créé par Melina Despretz. Une mise en scène collective de Des couteaux dans les poules, et plusieurs créations danse-théâtre et cabaret avec le label InCarne et la compagnie Paradoxos, emmenée par Lambert Riquier.
Actuellement, je suis marionnettiste chez les Grandes Personnes et directeur artistique de la compagnie Bleu 202, un théâtre-école sur Alençon, en Normandie.
Mon rêve le plus fou : synthétiser toute ma vie, à tout instant, en sentir la continuité totale au moment où je pense. Courber l’espace temps sur lui-même et le dérouler ensuite, à l’envie.

Philippe Allée – Musicien de la compagnie Le dithyrambe
Musicien, compositeur, chef de choeur

J’ai rencontré Carlo Maria Giulini, Alice Animal, Sir Georg Solti et Nana Benamer.
J’ai travaillé avec Catherine Vallon mais pas que !
Et j’aimerais rencontrer trop de gens super, comment faire…?
Expériences notables : Transmettre jours après jours, années après années sans se lasser jamais!
À la clinique de La Borde, création de L’Opéra de quatre sous, mis en scène par Alexis Forestier de B. Brecht.
À Doel j’ai fait la musique d’un film : Des errances à Doel et à La Borde j’ai aussi composé la musique de Un petit peuple qui va là-bas (2015).
Actuellement: En train d’écrire une partition comme d’habitude…
Mon rêve le plus fou : Jouer comme un fou avec Momo Loulou et Cloclo pour l’éternité plus un jour.

Hannah Schock – Actrice.

J’ai rencontré Ivan Bacciocchi, Catherine Dubois, Yves Marc.
J’ai travaillé avec des architectures diverses, modernes, anciennes, de toute matière et dimension.
Actuellement : la recherche
Rêve le plus fou : Créer la nationalité universelle de la terre.

Aliénor de Mezamat – Actrice.

J’ai rencontré Claude Régy, Jean Paul Civeyrac et Frédéric Fisbach.
J’ai travaillé avec Pascale Nandillon, Clyde Chabot, Urszula Mikos, Judith Cahen.
J’aimerais travailler avec Tsai Ming Liang, Marie-José Malis et Jean-Baptiste Sastre.
Expériences notables : Les multiples variations scéniques du Médée(s) de Clyde Chabot, en France de 2007 à 2010, et à Taipei en 2013. Jouer Rhoda dans Les Vagues de Virginia Woolf mis en scène parPascale Nandillon et Frédéric Tétart en 2015/2016.
Mettre en scène Jeanne, création in Situ pour une cinquantaine de représentations entre 2007 et 2012.
Une performance de Jonathan Monk : Penser pendant des heures au passé et au futur assise sur une chaise au Palais de Tokyo.
Actuellement : Réalise un film documentaire. Joue dans des films de fiction.
Rêve le plus fou : Saisir toutes les strates du réel en une fois.

Françoise Féraud – Actrice.

J’ai rencontré et travaillé avec Didier G.Gabily, Alain Béhar, Deborah Hay.
Expériences notables : Les cercueils de zinc, Enfonçures, Gibiers du temps de Gabily, Sérénité des impasses et Manège d’Alain Béhar. I think not chorégraphie de Deborah Hay, Bodum Bodum, mise en scène, chorégraphiée et interprétée par Françoise Féraud.
Performances et recherche avec les chorégraphes de la post modern dance : Simone Forti, Lisa Nelson, Deborah Hay, les danseurs de Trisha Brown …
Rêve le plus fou : Aller cueillir des champignons avec John Cage.

Marc Bertin – Acteur

J’ai rencontré D.G.Gabily dans le cadre de l’atelier du groupe Tchang.
J’ai travaillé avec le collectif du théâtre des lucioles – Elise Vigier, Pierre Maillet, Marcial di Fonzo Bo Laurent Javaloyes – avec Les endimanchés – Alexis Forestier, Cécile Saint Paul -, avec Régis Hébette, Jean-François Sivadier…
Expériences notables : Danton mis en scène par J.F Sivadier au Festival d’Avignon, Flash crash et heat d’après la trilogie de Morrissey mis en scène de Pierre Maillet, Sunday clothes création-concert des endimanchés (Alexis Forestier, Cécile Saint Paul), Une femme mis en scène de Martial di fonzo Bo au théâtre de la colline. Kafka dans les villes mis en scène Elise Vigier et Fréd Lollie.
Avec qui j’aimerais travailler : J’aime plutôt les travaux collectifs et de longue haleine. Avec Joël Pommerat.
Actuellement : Je joue dans J’ai un nouveau projet écrit et mis en scène par Guillermo Pisani.
Rêve le plus fou : Aimer à perdre la raison.


« L’inconscient fait des machines qui sont celles du désir. L’inconscient ne dit rien, il machine. » 
L’Anti Œdipe – Gilles Deleuze et Félix Guattari